Stanislas Cotton

Auteur dramatique, romancier et parolier

Dans les mois qui viennent…
Dimanche 30 septembre à 11h30
dans le cadre de L’Imparfait du Présent au Festival des Francophonies en Limousin :
Lecture de « POING LEVE »
Le 2 novembre à 15h au Festival de l’Escabeau à Briare
« La Princesse, l’ailleurs et les Sioux » par le Barocco Théâtre
Le mardi 6 novembre aux A.T.P. d’Uzès, le jeudi 8 novembre aux A.T.P. de Nîmes
« Et dans le trou de mon coeur, le monde entier » par la Compagnie Euphoric Mouvance
Jeudi 22 novembre 2018 à 20h30
« Le ventre de la baleine » par la Compagnie Les Tournesols au Théâtre Princesse Grâce de Monaco
Le 12 février au Festival Région en scène à Annecy
« Et dans le trou de mon coeur, le monde entier » par la Compagnie Euphoric Mouvance
Le 26 février 2019 à la Maison des Arts et Loisirs de Laon
Création de « Le petit boucher » par la Compagnie L’Esprit de la forge.
Le 9 mars 2019 à Pont du Château, les 14 et 15 mars au Geyser de Bellerive-sur-Allier
Création de « Le complexe de Robinson » par la Compagnie Euphoric Mouvance
https://www.euphoric-mouvance.fr/spectacles/le-complexe-de-robinson/

 

 

———————————————————————————————————————————————————

!!! Mes deux premiers romans
« La Compagnie de l’éphémère » et « La moitié du jour, il fait nuit »
sont aujourd’hui disponibles au format numérique et lisibles sur eBooks, Kobo et Kindle !!!

——————————————————————————————————————————————————-
Numériser 1

Pour en savoir plus…

Et encore plus…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Je considère que l’écriture du théâtre est d’utilité publique, car elle sonde, elle questionne, elle explore les heurs et les malheurs de nos sociétés. Elle est le lieu du débat, de la confrontation, la scène où s’expose les enjeux qui gouvernent nos vies, où se révèle la complexité de nos natures d’êtres humains. Ce regard des hommes sur les hommes nous éclaire, il nous aide à penser et à grandir, il doit être, par la poésie, le privilège du plus grand nombre, car la poésie laisse à chacun de nous, la liberté de la comprendre et de l’interpréter, quelle que soit l’étendue de nos connaissances.   

L’écriture est pour moi un acte de jouïsive indiscipline. À quoi bon l’ordre si l’on ne peut lui faire goûter un peu d’anarchie, pourquoi édicter des règles si l’on ne peut leur botter les fesses, à quoi bon nous choisir des chefs si l’on ne peut les faire vaciller, au moins virtuellement, sur leur piédestal. 

En fait, je ne sais rien, je ne sais rien du tout, mais la joie, la joie je la cherche, elle est là, tout près, et nous le savons si peu.

S.C.

IMG_0963Ter